France/Gabon : Rien ne va plus entre Paris et Libreville
mercredi 12 mars 2008
par adi
Hier, l’Assemblée nationale et Sénat gabonais se sont réunis en Congrès exceptionnel pour dénoncer la campagne de dénigrement en cours en France contre le président Bongo. Le Parlement est en colère, entre autres, à cause de l’expulsion de deux étudiants gabonais par Paris, et surtout pour des articles et des reportages sur les biens et les maisons que possède le président gabonais en France. Ce coup de froid survient sept mois après la visite à Libreville du président français Nicolas Sarkozy.

Les institutions gabonaises volent les unes après les autres au secours du président Bongo, victime, selon Libreville, d’un complot ourdi par les médias français, mais aussi par les autorités de Paris. Après le ministère des Affaires étrangères et le gouvernement, le Parlement a adopté une résolution dénonçant « la campagne de dénigrement contre le président gabonais ».

Selon l’Assemblée et le Sénat réunis en Congrès exceptionnel, les médias français qui relaient l’enquête sur le luxueux patrimoine immobilier du président Bongo en France, diffusent des informations tendancieuses et diffamatoires pour ternir l’image du chef de l’Etat.

Le Parlement invite les Gabonais à déjouer toute manœuvre de déstabilisation des institutions. De son côté, le Conseil national de la communication (CNC) a suspendu pour trois mois le bimensuel privé Tendance Gabon, qui a publié in extenso un article du quotidien Le Monde, portant justement sur cette enquête classée « sans suite ». Ce papier s’appuie sur les procès-verbaux de police recensant les biens immobiliers de plusieurs chefs d’Etat africains en France.

Selon le CNC, en reproduisant cet article, le journal gabonais participe à la campagne française de dénigrement contre le président Bongo. Source : RFI, 12/03/2008

Signatures: 0
Date Nom Sites Web Message