Il découvre que sa fiancée est sa sœur
jeudi 3 août 2006
par adi
Divo (Côte d’Ivoire) - Voulant légaliser leur situation matrimoniale, il découvre que sa fiancée est sa sœur

Même si le hasard est un événement, imprévu, heureux ou malheureux, il peut être assimilé au destin qui, parfois, est cruel. C’est cette situation malencontreuse qui est arrivée à deux jeunes tourtereaux qui envisageaient de convoler en justes noces en Août 2006. Leur rencontre remonte au mois de Novembre 2005 où Y. P. enseignant, en vacances à Divo fit la connaissance de Mlle D. couturière.

La beauté de la jeune fille ne peut laisser l’enseignant indifférent. Il n’hésitera donc pas à lui faire des avances. Déplacée de Guerre, ayant tout perdu et surtout qu’orpheline de père et de mère, elle vient sans doute par la grâce de Dieu, de rencontrer son âme sœur capable de la consoler. Les choses depuis allaient pour le meilleur des mondes. Quand, au mois d’avril 2006, revenu à Divo, P. va décider de légaliser leur union. Il faut donc fournir des documents administratifs. Dans l’extrait de Mlle D. l’enseignant tombe des nus.

Sa fiancée porte le nom de son père. Il finira par découvrir que Mlle D. née en 1980 à Man, est l’un des nombreux enfants que feu son père, ex-agent des PTT, avait abandonnés par négligence, quoiqu’il les reconnaissait et les déclarait à l’Etat civil. N’ayant jamais connu son père (déclaré mort), élevée par sa défunte mère, Y.S.D. devenue adulte (26 ans), prenait donc son destin en main. Le hasard voulait la proposer en mariage à son demi-frère. Mais la réalité est là. Implacable. Y.P. va donc informer son oncle de l’amère-heureuse nouvelle. Point de dilemme. " Mlle D. est ta sœur et nous allons faire des cérémonies coutumières d’expiatoires et vous redeviendrez frère et sœur.

Votre père, avant sa mort, m’avait fait cette confidence. (J’ai eu trois enfants en dehors du foyer : un garçon et deux filles). Nous venons de retrouver une. Il reste encore une fille et un garçon " fait remarquer le chef de famille, l’héritier du défunt. Devant cette situation, Mlle D. se propose de trouver une âme sœur à son frère pour le consoler. Pourvu que le destin ne leur propose encore sur leur chemin les deux autres parmi lesquels Mlle D. pourra encore choisir son frère et P. sa sœur, jusque-là inconnus d’eux.

Source : Le Nouveau Réveil - N°1390 - N’guessan Denis

Portail internet de Côte d’Ivoire

Signatures: 0
Date Nom Sites Web Message